Trésors publics

Projet réalisé dans le cadre de l’appel à projets « C’est mon Patrimoine ». Avec le soutien de la DRJSCS de Seine-Saint-Denis et la DRAC d’Ile-de-France. En partenariat avec l’Institut National du Patrimoine (ateliers des restaurateurs d’art) et les Archives Municipales d’Aubervilliers.

Trésors Publics croise les approches d’un patrimoine, de son histoire à l’expérience artistique pour le raconter, entre réalités et projections imaginaires. Pleine de mystère et fraîchement restaurée par l’INP, la maquette de la Maladrerie a servi de support concret pour questionner l’histoire, le patrimoine, le statut de l’objet et son aspect matériel, tout en s’inscrivant dans l’histoire d’un quartier précis d’Aubervilliers, et donc de ses habitants. L’objectif de ce projet était de faire découvrir un patrimoine immatériel (métiers de la restauration d’art) lié aux savoir-faire à 3 groupes de jeunes albertivillariens du quartier de la Maladrerie. Une première partie de parcours et visites viennent compléter différents ateliers de création :

  • Visite de l'INP en 2 temps : ateliers de restauration d'art présentés par les étudiants de l’INP et découverte de l’architecture de la Manufacture des Allumettes et sa cheminée classée.
  • Découverte de la maquette de la Maladrerie, lors d’une visite aux Archives Municipales.
  • Rencontre et balade dans la Maladrerie avec les architectes Katerine Fiumani et Gilles Jacquemot, actifs dans la construction de la cité et investis dans sa sauvegarde avec l’association Jardins à tous les étages.
  • Séances d'une pratique artistique pour chacun des 3 groupes : céramique, photographie et création sonore
  • Création d'une installation interactive, ludique, immersive et pluridisciplinaire regroupant les productions des 3 groupes, présentée le samedi 1er et dimanche 2 décembre (salle du bassin – La Maladrerie).

Durant toute une semaine lors des vacances de la Toussaint, Anne Balthazard, artiste céramiste, Alexia Sellaoui-Segal, compositrice et Jessica Servières, photographe, ont accompagné les enfants dans cette aventure, leur transmettant leurs savoir- faire spécifiques, et éveillant leur curiosité pour les richesses enfouies autour d’eux. De jeunes habitants d’Aubervilliers et de la cité même (notamment les enfants inscrits à l’ANGI) ont ainsi pu découvrir leur espace de vie quotidienne autrement, en prenant conscience du passé tout en s’exprimant sur l’avenir qu’ils y projettent.

Restitution
La salle du Bassin de la Maladrerie était méconnaissable le week-end du 1er et 2 décembre... Plongés dans l'obscurité, les visiteurs pouvaient explorer, équipés de lampes de poches et de cartes, les différents Trésors visuels, tactiles et sonores produits par les participants aux ateliers.

Des expériences sensorielles pour petits et grands, habitants de la Maladrerie et visiteurs de passage, ont permis à chacun d'écouter les créations sonores, d'apprécier les photographies et les volumes en céramique. Patrimoine et histoires personnelles, rapport au temps et à l'espace, rêves et réalités étaient mis en valeur au sein d'une grande installation pluridisciplinaire. Les discussions autour de ces questions se sont prolongées autour du Malabar.
Un journal de bord relatant en photos et en mots les différentes étapes du projet a été édité. Il est disponible aux Poussières.

Association les Poussières

6 rue des Noyers, 93300 Aubervilliers

Nous suivre


Contact

01.43.52.10.98

contact@lespoussieres.com